• th da freak + tapeworms + aneth penny

  • mercredi 27 mars
  • de 20h00 à 23h00
  • grunge
  • 10€ en prévente
  • 13€ sur place

TH DA FREAK

Depuis une bonne année, le jeune bordelais Thoineau Palis s'installe tranquillement mais sûrement sur le devant de la scène indé française. Régulièrement étiqueté "slacker" par la presse, en référence à son évidente obsession pour les guitares décontractées de Pavement, Superchunk, Sebadoh et autres figures d'un indie rock 90 fantasmé (Palis est né en 1993), il y a pourtant peu de fainéantise dans sa démarche; tout juste une certaine forme de nonchalance dans cette façon d'enchaîner l'air de rien les disques, sans trop de considération pour le M.O. habituel des maisons disques.
Depuis une grosse année donc: deux albums, deux EPs et un tout récent double-album de faces B, tous parus sur le label Howlin' Banana Rds et salués par une presse spécialisée qui s'éprend rapidement pour ce freak surproductif. A chaque sortie, il affine les contours d'un univers foisonnant, ou des réminiscences de la pop solitaire et avant gardiste d'un R Stevie Moore viennent se frotter à des fulgurances fuzz typiques du garage rock californien ou des recherches de textures sonores rappelant la dream pop. Et sur scène, en formation à cinq, le groupe dynamite en toute décontraction le cadre de ses morceaux pour en proposer une ré-interprétation dopée qui fait systématiquement mouche et leur ouvrent très tôt les portes de plusieurs festivals (Paris Psych Fest, Mama Festival, Relâche, Biarritz en Eté, Chateau Sonic, etc).

Ce qui nous amène à Freakenstein, troisième album inspiré par la fascination du bordelais pour le cinéma d'horreur classique et la fameuse créature. Enregistré et mixé pour la première fois avec le groupe qui accompagne Palis depuis ses débuts, composé de morceaux écrits ces 3 dernières années et mis religieusement de côté, résultat d'une gestation bien plus longue et douloureuse qu'à son habitude, ce disque là a des allures de disque définitif, manifeste, loin des expérimentations parfois encore timides de ses débuts. A l'image de la créature, Freakenstein recycle les chairs mortes pour créer quelque chose de nouveau. Le disque brille avant tout par ses titres incisifs, accrocheurs, toujours justes, et s'affranchit aisément des étiquettes de genre. Ce serait lui faire injustice que d'en extraire ici tel ou tel morceau, tant les 10 pistes dont il est question (dont une intro et une outro) sont d'une égale et imparable efficacité. Freakenstein constitue en somme la parfaite synthèse de l'univers d'un OVNI du paysage musical français, et la carte de visite idéale pour ceux qui le découvriront aujourd'hui. 
facebook
bandcamp

TAPEWORMS

TAPEWORMS (Buddy Records/Dirty Slap Records) : La musique de ce trio lillois amoureux de pop bricolée mêle guitares métalliques, basses sous distorsion et rythmiques hip-hop pour une musique noise et lumineuse aux multiples directions. Après la sortie de leurs deux premiers EPs, Tapeworms s’amuse et continue d’ouvrir ses morceaux aux incursions lo-fi et électroniques, assumant ses influences J-Pop et saluant la scène shibuya-kei.
facebook

bandcamp

ANETH PENNY

One Woman band des années 10’/ Projet post-room

Echappée du duo Peninsula, Aneth Penny enregistre des bidules pop la nuit. Premiers rounds live en mode boite à rythme, guitare/synthé; 
Ça donne des supers morceaux pop / lo-fi trop cool à fredonner.
facebook
site internet