• WEEK-END FOCUS #8

  • du 05 avril au 07 avril
  • de 16h00 à 20h00
  • festival de danse & autres formes
  • 8€ en prévente
  • 10€ sur place

WEEK-END FOCUS #8

À la fois studio de répétition, salle de représentation, laboratoire et lieu de rencontres, le studio de Point Ephémère abrite des artistes venant de la danse ou du théâtre, mais aussi de la performance. A l’image de la création dans le spectacle vivant aujourd’hui, les limites entre les champs deviennent moins distinctes, brouillant les pistes et faisant joyeusement exploser les catégories. 

Les artistes en résidence à Point Éphémère sont dans une large majorité de jeunes artistes de moins de trente ans, il s’agit bien de l’émergence dans toute sa vitalité, avec une attention particulière portée aux thématiques du genre et de l’identité. 

Chaque trimestre, un Week-End Focus a lieu, mini-festival pendant lequel les compagnies en résidence reviennent présenter leurs travaux, parfois toujours en cours, parfois achevés. Prêts à poursuivre leur chemin ailleurs... 

À L'UNITÉ : 8€ en prévente / 10€ sur place

VENDREDI 05 AVRIL

AREP CIE / EMMANUELLE RAYNAUT
BORRAR LOS BORDES

19h30 - performance
BORRAR LOS BORDES – effacer les bords est une installation performance qui mêle écriture vivante, plastique et numérique. La création prend racine dans l’histoire des migrations et propose au spectateur différents types d’expériences sensibles : solitaire, individuelle, collective, immersive. La Cie présente pour le WE FOCUS une coupe transversale dans le processus de création de ce projet collaboratif.

Huit voix de femmes s’adressent à nous, elles descendent d’immigrants venus de France, ou ayant transité par la France avant de s’embarquer pour Buenos Aires. Travail, sexualité, transmission, secret, transgression, violence, identité, genre, émancipation : de multiples chemins « débordants » émergent de ce chœur de voix. 18 jeunes s’emparent de ce corpus documentaire vivant, collecté en Argentine par la Cie. Ils répondent à ces femmes, en déplaçant et transformant leurs propres récits de vie. L’ensemble des enregistrements, voix, films, gestes, s’inscrivent peu à peu dans une cartographie des flux qui déplace et interroge les archives sur lesquels sont construit le projet et la notion même de bords.
billetterie

ELISA MONTEIL & RAPHAEL MOUTERDE
RIVIÈRE SALE

21h - performance
Rivière Sale est un projet en cours de création, qui mêle performance visuelle, sonore et musicale. S'y transportent les récits de la fragilité des désirs, des fantasmes, au travers d'une succession d'états, de « moments » sexuels, dans lesquels s'entrechoquent l'intime et le politique. C'est une porn zone sans réponse, sans mode d'emploi.
billetterie

SAMEDI 06 AVRIL

AREP CIE / EMMANUELLE RAYNAUT
GUERRE DES TRANCHÉES VS LES BORDS

16h - conférence performée
La création BORRAR LOS BORDES – effacer les bords explore l’expérience sensible des bords à travers l’histoire des migrations de 4 générations de femmes depuis la France vers l’Argentine. En se saisissant de cet angle mort de la mémoire collective (les migrations féminines et européennes du XXeme siècle vers l’Amérique), ce projet collaboratif questionne par une voie de traverse l'instrumentalisation, la polysémie du féminin, les cartographies réelles et imaginaires, liminalité, dans une dynamique de déplacements successifs. Cette conférence performée, qui s’inscrit dans le cadre du processus de création de Borrar Los Bordes, se propose comme un chemin possible depuis « la guerre des tranchées » vers « les bords ».
entrée libre

DEEPCUTS / LUNA PAESE
PHOENIX

18h - danse
La danseuse prétend pouvoir communiquer avec une plante installée sur scène. Elle suppose que les premiers pas vers un changement écologique sont l'attention et la communication et elle s'applique avec ses capacités médiumniques pour produire une danse qui contient des épreuves. La danse donne forme à des paysages intérieurs, psychiques et émotionnels. En même temps que les plis de l’intérieur s'ouvre vers l’extérieur, elle dévoile le corps en tant que paysage et géographie de l'univers entier. En toile de fond le Phoenix, l'oiseau qui meurt et qui resurgit de es cendres, sous-entend la nature cyclique des choses. La matière du corps, tremblante ou tendue, profonde ou charnelle, est offerte à la scène, puis, aux spectateurs, puis à la terre, à l'air, à l'eau et au feu. Entre faire semblant et vérité, entre jeux et réel, entre vie et scène, les limites sont étrangement brouillées. Nous perçons la surface et touchons aux paradoxes du rituel.
billetterie

PLAY / MÉLANIE MARTINEZ LLENSE
CE DONT F.K EST LE NOM

20h - théâtre
Un jour, Mélanie Martinez Llense lit dans Libération un article sur le procès en cours d’une femme accusée d’avoir assassiné sa fille de 15 mois, en l’abandonnant en 2013 sur la plage de Berck. F.K tel est son nom. Elle tenait un journal intime très prolixe et le 19 novembre 2013, elle écrit : «Rien». Ce même jour, F.K abandonne sa fille Adélaïde à la marée montante. Dans l’espace ouvert entre le geste de l’infanticide et le mot « RIEN », une envie de mettre en scène, de raconter l’ histoire, s’est imposée à l’artiste. A partir de la sidération, faire création. À travers la figure de F.K, elle se pose la question : qu’est-ce que la rationalité ? Comment la percevons-nous? Elle cherche à dialoguer avec ce que F.K nous a fait savoir et avec ce que nous imaginons d’elle. Déployer la « multiplicité » de ce qu’est la réalité d’un tel acte: une réalité kaleidoscopique. Le plateau de théâtre se transformera en plateau de reconstitution policière dont j’orchestrerai à vue le déroulement, avec le public.
billetterie

DIMANCHE 07 AVRIL

COLLECTIF PLASTICS PARASITES / JULIEN ROYER
PASSIF 

16h - théâtre
" Matthieu, 17 ans, se demande s’il est transgenre, cumule les rencontres sexuelles sans capote, brave les interdits, se prostitue pour survivre. Il a quitté l’école, se fait exploiter comme caissier dans un supermarché, subit l’homophobie à commencer par celle que lui impose son père. Matthieu est en quête d’identité, non pas sexuelle, mais sociale, professionnelle et familiale. Figure tragique, Matthieu, se pose comme victime de son destin et qui, par sa sexualité va se conduire à la confusion de genre, à l’auto-mutilation, la soumission, l’aliénation. Entre théâtre, danse, marionnette, Passif est une performance qui traite de la violence dans le milieu LGBT, notamment celle de la violence conjugale. " Angel Liegent - Prix Artcena 2018.
billetterie

COLLECTIF BRÛLE MAISON / YOHANN BARAN
JAY

18h30 - danse
Yohann Baran revient avec un nouveau solo intitulé Jay pour explorer plus en profondeur une humanité qui s’inscrit dans une pulsion énigmatique, une sorte de convulsion dévorante et érotique. Ce projet trouve son origine dans le roman gothique Le Corps Exquis de l’auteure Popy Z. Brite : histoire d’amour entre Jay et Andrew, deux tueurs en série de la Nouvelle-Orléans qui construisent leur relation au monde dans les soubresauts des victimes de leurs crime-rituels. Avec Jay, Yohann a choisi de travailler et d’épuiser le motif de la cage thoracique, motif récurant dans la relation qu’entretiennent les deux personnages du roman avec leurs victimes ; morceau de corps qui concentre en lui une sorte de puissance syncopée, lieu d’absorption et d’explosion d’un souffle. À son écriture instinctive, Yohann va associer le twerk pour nous plonger un peu plus dans une atmosphère convulsive dont nous éprouverons les limites et les tensions.
billetterie