• SNAP ! ​SEX WORKERS NARRATIVES ARTS AND POLITICS JOUR 3

  • dimanche 04 novembre
  • de 14h00 à 23h00
  • projection, performance, expo, rencontre
Entrée libre

SNAP !

Le premier Festival SNAP ! (Sex Workers Narratives Arts and Politics), un festival entièrement dédié aux représentations, discours et enjeux liés au travail du sexe aura lieu à Paris les 2,3 et 4 novembre 2018.

Le travail sexuel se situe à l’intersection d’enjeux théoriques et politiques majeurs, autant qu’au coeur des réflexions sur le représentable, les usages de soi, les rapports au travail, à la sexualité, de classe, de genre. Aussi, n’est-ce pas un hasard si les vies, les discours et les représentations situées des travailleurs·euses du sexe constituent un point de convergence vivant de contre-cultures féministes, politiques, queer, libertaires.

Concentrée sur 3 jours, la programmation de ce premier “Sex Worker Fest” français propose des projections de films, des soirées spectacles, concerts, performances, des tables rondes avec des artistes, expert·es et organisations de travailleurs·euses du sexe qui exposeront leurs visions, œuvres, pensées critiques et expertises de terrain.
toute la programmation
PASS 3 JOURS
Ce pass donne accès aux spectacles (Le Corps du Roi, Performances Put', La Belle Indifférence, Lady McGrew), aux projections, à la soirée de clotûre. Le reste (rencontres, expo et performances) est en entrée libre

EXPOSITION COLLECTIVE
PARENTAL ADVISORY EXPLICIT FEMALES

entrée libre

Sans surprise, Parental Advisory Explicit Females met à l’honneur l’autoreprésentation et l’art pute! Les œuvres présentées ont toutes été créées directement par des travailleuses du sexe ou en collaboration active avec celles-ci, au sein de collectifs. L’exposition s’attache à rendre compte de la diversité des points de vues, des expressions et des identités des travailleuses du sexe en France et à l’international. Ainsi, les Backstage Stories de Rebecca Dorothy (Allemagne) nous laisse entrevoir quelques fragments intimes collectés lors de tournages de films érotiques, tandis que Reclamation and (Dis)atonement de Juniper Flemming (États-Unis) explore la relation entre les représentations contemporaines des travailleuses du sexe et les archétypes féminins de la peinture occidentale. Réalisé par le Sex Worker Feminist Collective (Afrique du Sud), le projet I am What I am vient quant à lui protester contre l’exclusion systématique des travailleuses du sexe de la part du féminisme institutionnel. Les collectifs Stella (Québec) et Debbie Doesn’t Do It For Free (Australie), qui œuvrent tous deux pour l’accès aux droits et le respect de la dignité des travailleuses du sexe, exposeront également plusieurs de leurs créations.

BOD MOD DYSPHORIA
espace piercing & tattoo

Putes, queers, transgenre, freaks, pédés, dark shanti, cyborg… Gordon B. Rec & Maxime Maes ambitionnent de proposer de jolies modifications corporelles, accessibles à toutes et tous, pour le plaisir des un.e.s et des autres, que vous soyez déjà complètement accro ou simple novice…

FULL SERVICE
performance interactive / samedi et dimanche de 15 à 18h

entrée libre

Le performeur Daniel Hellmann est prêt à fournir tous les services que les passants ou les spectateurs pourraient souhaiter – tant que le performeur et le participant parviennent à se mettre d’accord sur un prix. Le panel des services est considérable: «Je te fais un sandwich», «Je te fais une fellation», «Je fais tes impôts». Full service est un jeu dont on ne connaît jamais l’issue.

Après négociation, les services sont rendus immédiatement sur place : face au public ou dans une tente mobile privée. Tous les services rendus et les montants sont répertoriés en ligne sur www.full-service-project.com
Full Service met en lumière la nature capitaliste de la négociation. Le performeur n’ayant a priori aucune limite. Il est bon commerçant, amical, conciliant et il essaye toujours de trouver un chemin d’entente. Quiconque ose peut expérimenter l’accomplissement de ses désirs les plus profonds – qu’ils soient plaisants ou dérangeants. Jusqu’où iront le performeur et les participants ? Quels mécanismes contrôlent leur relation ? Quels sont les taux de change entre argent et pouvoir ? Et qui ose faire des règles de négociation une affaire à négociation?

YES WE FUCK
projection / 14h
5€ sur place

Projection suivie d’une rencontre autour de l’assistance sexuelle avec floZif

Yes, We Fuck ! est un documentaire qui aborde la sexualité chez les personnes à diversités fonctionnelles, celles et ceux qu’on appelle « handicapés ».

Yes, We Fuck ! n’est pas seulement un documentaire, il s’agit d’un projet évolutif où les personnes participent, dialoguent, controversent. Le processus d’élaboration sert à tisser des alliances entre différents collectifs qui travaillent politiquement les questions liées au corps et à la sexualité (féministes, queer, travailleuses-eurs du sexe, diversités fonctionnelles, obèses, trans, intersex, entre autres). Ce projet entend montrer non seulement ce que peut apporter la sexualité aux personnes aux diversités fonctionnelles, mais aussi ce que peut apporter la réalité des diversités fonctionnelles à la sexualité humaine.

EMPOWERMENT
PERSPECTIVES DE TRAVAILLEUSES DU SEXE

projection documentaire / 14h
entrée libre

Documentaire de Marianne Chargois / 1h10
Version Originale : Français, chinois, espagnol / Sous titre Français + anglais

EMPOWER est une série de 3 portraits de travailleuses du sexe aux trajectoires hétéroclites croisant parcours de migration, identités Trans, féminisme, lutte contre le VIH, lutte contre la précarité et les discriminations.
Entremêlant parcours personnels, analyses politiques, et stratégies de résistance collective, Aying, Giovanna Murillo Rincon, et Mylène Juste mènent un véritable plaidoyer pour le droit des minorités.
Loin des dispositifs d’objectification souvent à l’oeuvre dans les oeuvres documentaires, EMPOWER est une mise à l’honneur des paroles, combats et engagements des travailleuses du sexe via une réalisation en collaboration active avec les protagonistes.

LA BELLE INDIFFÉRENCE
spectacle / 16h
8€ en prévente / 12€ sur place

Spectacle de Gaëlle Bourges avec Alice Roland, Marianne Chargois, Gaelle Bourges

La belle indifférence dresse deux petits catalogues, l’un fait d’images, l’autre de récits. Le premier présente une série de nus trouvés dans la peinture occidentale entre le XVIe et le XIXe siècles ; le deuxième expose des voix égrenant tour à tour des récits d’histoire de l’art et des récits de travail sexuel. Les deux catalogues se chevauchent, et dans leur entrelacs produisent des points de contraction : l’histoire de l’art réveille les pensées à l’œuvre dans les images (les peintures), tandis que les histoires sexuelles les font ployer (les images). La répétition des points de contraction travaille à aplatir l’excitation créée par le nu, dont c’est aussi la fonction, et non pas pour la nier – l’excitation – mais pour la mettre en relation avec les systèmes de représentation dont elle émane, qu’il serait grand temps d’aplatir aussi.

LIVE NUDE GIRLS
projection documentaire / 17h

5€ sur place

Documentaire de Julia Query et Vicky Furnary / 1h15
Projection suivie d'une discussion avec Thierry Schaffauser (STRASS)

Film documentaire à la première personne sorti en 2000, retraçant la grève et la syndicalisation des danseuses du bar à strip-tease le « Lusty Lady » de San Francisco. Ce film permet en toile de fond de revenir sur un débat vif du féminisme autour du sex work, et aborde différentes questions qui s’entremêlent dans la vie des danseuses en lutte : racisme, sexisme, stigmatisations et dévalorisation de leur activité, rapports avec leurs familles et lutte contre l’exploitation dans l’industrie du sexe. Live Nude Girls Unite permet aussi de revenir sur les prémices de ce qui deviendra une expérience sociale importante du mouvement des travailleuses du sexe : la reprise en main de façon auto-gérée et coopérative du désormais défunt « Lusty Lady ».

LÀ OÙ LES PUTAINS N'EXISTENT PAS
projection documentaire / 17h
entrée libre

Documentaire d'Ovidie / 56min
Projection suivie d'une rencontre avec Ovidie, Sarah Marie Meffesoli et Giovanna Murillo Rincon

La tragédie d’Eva-Marree, privée de ses enfants pour prostitution puis tuée par leur père. Dans un réquisitoire convaincant, la réalisatrice Ovidie dénonce les abus de pouvoir commis par un État suédois prétendument protecteur.
En Suède, dénoncent les interlocuteurs d’Ovidie (la mère d’Eva-Marree, Zenitha, son avocat, la responsable de son syndicat…), une « putain » ne saurait être une bonne mère. Si, comme cette jeune femme courageuse, qui témoigne dans un entretien d’archives avec une retenue et un charisme remarquables, elle ose refuser le statut de victime et d’irresponsable qu’on lui assigne, elle devient une ennemie de la société. En un réquisitoire convaincant contre un État « providence » dont aucun représentant n’a souhaité s’exprimer, la réalisatrice expose en détail l’hallucinant déni de justice qui a frappé Eva-Marree et ses enfants. Nombre de pays membres de l’Union européenne, dont la France, rappelle-t-elle aussi, ont adopté la législation suédoise criminalisant les clients de prostitué(e)s, l’autre volet selon elle d’une vision puritaine et répressive qui fragilise les travailleurs du sexe tout en affirmant les aider.

SEX WORK IS WORK
projection court-métrage / 19h

5€ sur place

Sélection de court-métrages internationaux donnant à voir les vies des travailleuses du sexe dans différents contextes législatifs, leurs luttes, leurs résistances au stigma et aux discriminations.

PORNO :
REPRÉSENTATIONS & CONDITIONS DE TRAVAIL

projection / 19h

entrée libre

Projections suivies d'une table ronde avec Romy, Anna Polina, Alex Tivoli, Misungui, Sabrina Soraya Abdellaoui

Porno-féminisme, porno mainstream, slut-shaming et conditions de travail seront discutés par les personnes qui le font, dans cette table-ronde qui sera rythmée par des projections de films courts.

SNAP SHOUTS
CONCERT DE CLOTÛRE

concert de clotûre / 21h

5€ sur place

Zeelda Weinen / Afro-Queer

Zelda Weinen est une travailleuse du sexe d’un autre genre. Jeune mariée promise à l’intelligentsia mais délaissée par son époux, elle décide en 2015 de rejoindre les rangs de la marge et du tapin. Pour égayer ses dimanches moroses, elle compose des mélodies où s’entremêlent hip- hop et sonorités jazzy, qu’elle accompagne de textes féministes, engagés dans la lutte pro- sexe et l’indépendance de toutes les femmes. Toute seule dans un dispositif lo-fi , Zelda fait la moue et broie du noir. La nonchalance de sa voix de femme-enfant n’adoucit pas la crudité d’un discours qui affirme une volonté ferme de s’affranchir de l’oppression millénaire exercée par le système patriarcal à l’égard de la classe des femmes.
soundcloud

Martin Dust

Martin Dust, sale gosse, morveux, voyou, feignant, taré, bancal, salaud, tapin, stoner, bravache, peureux, crieur, portier, tâche, fêlé, vénal, absent, voleur, médiocre, salace, timide, trimeur, seul, veinard, violent, gouère, raté, précieux, clivant, chanteur.

King Baxter

King Baxter est un roi « agenré » venu d’une autre planète ou d’un autre espace/temps. Iel est maître de chiens humains, reflet de notre société contemporaine. Iel voyage a travers les rêves et les pensées multiples du corps qu’iel empreinte, celui de Magali Halter, performeuse résidant a Bruxelles (be). Iel chante sa vision du monde terrien, de son origine, de ses expectations et de sa vision de l’amour. King Baxter milite aussi pour les droits des Sex Workers, qu’ils considèrent comme des êtres sensibles capables du véritable don d’amour. Sa musique est spatiale, teintée Krautrock électronique qu’iel considère comme de la Death Alien Electronic Music. King Baxter vous invite dans une transe collective et expérimentale.

 

Évenement organisé par ART WHORE CONNECTION en partenariat avec le STRASS Syndicat du Travail Sexuel et avec le soutien de l'Open Society Foundations.
​Le SNAP remercie tout particulièrement le Point Ephémère pour son accueil du festival, ainsi que toutes les personnes, artistes, militant-es, organisations ayant rendu possible par leur soutien la tenue de cette 1ere édition du Sex Workers Narratives Arts & Politics.